Vivant ou mort

Publié le 25 Octobre 2015

Il s’adossait souvent à un immeuble. Seul, le soir, et parfois c’est à une falaise qu’il s’adossait, toujours seul, toujours le soir, toujours pour regarder et parfois pour y écrire. Il avait besoin de se sentir acculé. En tout cas il s’était convaincu de cela pour supporter le fait de l’être. Alors s’assoir au pied du mur ça sonnait bien. C’était sa façon de donner du corps à son idée. Écrire parfois, s’assoir le reste du temps. Et entre deux, entre ces deux extrémités hésiter, résider assit adossé à une falaise. Dans une autre vie il aurait pu être chanteur ou peintre en bâtiment. Il n’était ni l’un ni l’autre et le temps courait à son poignet.

Les lignes rouges

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #Divagations diverses

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article