Bonne nuit la lune

Publié le 27 Octobre 2015

[...] Chaque matin révélait un peu plus de désespoir dans ses veines, comme si la nuit ne s’était pas tout à fait levée mais qu'elle s’était glissée sous sa peau pour disparaître aux yeux des autres. C’était ça son drame et il le portait comme un mutant assume son pouvoir, le pouvoir d’avaler la nuit, les millions d’insectes nécrophages, les noctambules et tous les gens ivres, les désespérés et la culpabilité des couples adultères. Mutant contre héroïque sans masque, sans costume, il se levait sans slip, errait nu jusqu’à ce que l’hiver laisse son appartement trop froid. Ni de ça vie, ni de sa marque il pouvait prétendre les avoir choisi comme il ne choisissait de s’endormir ou de subir ses insomnies. La passivité c’était installée insidieusement, le poussant chaque jour un peu plus profond dans son siège de spectateur de sa propre vie. Il n’avait même pas choisi sa place et n’avait pas pu se rincer l’espoir dans le décolleté d’une hypothétique ouvreuse ; spectateur d’un écran noir dans une salle où la vie mettait au rebus les reliquats de la nuit. Et pourtant il s’était fait non sans raison, une vocation de transcender ce marasme. Do it yourself qu’ils disaient dans l’air du temps, c’est ce qu’il allait faire. Construire sa propre bombe faite des briques et des débris qui échouaient jusqu’à lui. [...]

Une table de poker

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #autofiction, #Divagations diverses

Repost 0
Commenter cet article