Une poésie zélée

Publié le 18 Août 2015

Ecriture du poète et naissance de soi ;

Accoucher de la pieuvre qui grandie en moi ;

J’avance sans caution, j’ai le paysage authentique ;

Et depuis mon seul point de vu, j’ai le regard véridique ;

Vérité la mère, de la vertu et puis des vices ;

Les conneries à terre sous les pneus qui crissent ;

Je ferai de la rue pour vous une tombes ;

Pour pouvoir venir y faire gémir mes bombes ;

C’est une énième naissance ;

Je fais mienne l’essence ;

Je cocktail Molotov mes penchants bourgeois ;

Et in vitro de mon âme un monstre qui rougeoie ;

Il préface de mon habit neuf de clown pantin ;

Je pratique l’enfantement des farces pour catins ;

Et dans un souvenir de la Seine je baigne son petit cul ;

La fontaine authentique de ma jouvencelle en mots crus ;

J’y baigne ma plume de vieux pervers ;

Elle court sur le pré vert des lignes sévères ;

Que j’écris pour sa peau d’adolescente incandescente ;

Déesse à cinq chiffres dans sa dentelle indécente ;

Elle était muse et sera hôte ;

Drôle de chaleur sous l’arctique de ses notes ;

Et en trois mots je termine, je sermonne ;

Délice des colts sous la robe des nonnes ;

Je tire un trait pour le point final ;

Un baiser sur ta joue et du sexe anal ;

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #poésie

Repost 0
Commenter cet article