Sous le clavier la plage - ou la boue -

Publié le 1 Juin 2015

Par où commencer ? Par où finir ?

 

 

Le contenu ordurier de ma pensée suinte comme une coulée de boue. Jusqu’où ira t elle ? Vers la mer, un dépotoir ou simplement le fond de la vallée, d’une vallée recueillant ma parole sédimentaire. C’est peut être cela qu’être une coulée de boue, un torrent, un flux de déchet ou un flot d’eau boueuse ; quelque chose comme un chercheur d’or ou un écologiste - un idéaliste - et là, et moi, et ce soir, et la fenêtre dans mon dos et la ville par delà la fenêtre et la nuit par delà la ville, je rédige les quelques lignes de cet énième article comme des bâtisseurs pourraient construire des barrages pour canaliser les torrents, comme les sapeurs pourraient creuses des montagnes pour canaliser les coulées.

 

 

Où est-ce que je vais finir ? Par où vais-je commencer le début de ma fin ?


L’homme qui s'astreint à écrire s’oblige à ne jamais finir, ne jamais s’arrêter sous peine de prétention parce que celui qui cesse se voit rapidement convaincu d’avoir fait le tour des choses et d’en avoir vu la révolution et même à plusieurs reprises. Alors je tourne, et retourne les doigts dans la bouche, les mots sur le clavier et je continu de disperser mon essence vitale comme un pyromane en rut.

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #Je est un Blog, #Divagations diverses

Repost 0
Commenter cet article