Poésie égotique

Publié le 23 Juin 2015

Par tous les vices et les honneurs du monde

J’écris la dose chaude qui coule à la source secrète

Comme à l’heure de toutes les nuits j’endosse la peau creuse

Elle me colle à la nuit toute humide et poisseuse

Je l’enfile et pénètre sous son derme commun

J’existe par l’envie comme un loup dans une bergerie

J’endosse le vice d’un désir que je porte aux nues

Depuis la nuit de mes temps je visse cette pulsion à mon âme

Caché dans un recoin de moi je passe les yeux là où il ne faut pas

Par derrière la porte close là où les femmes urinent

Par-dessus l’épaule du mari fidèle et sous les robes des tissus légers

Par l’enfer qui porte une jupe courte et la lueur des phares dans la ruelle idoine

J’ai le grand feu des écrivains, l’illustre pouvoir des lunes rousses

Et à défaut de plaire je construis des ironies en dentelles accroupie discrètement

Marionnettes qui soulagent leurs vessies sous les fils tissés d’une destinée épique

Il n’y a que des héroïnes pour habiter l’audace de ma pensée terrible

Seules les héroïnes savent lâcher les vannes imbéciles d’une pudeur mystique

Je suis un déiste païen qui ne croit qu’en ses anges nocturnes

Silhouettes évoquées, évanescence et onirique

Je ne suis qu’un arpenteur au long des routes chaudes jaillissantes dans ma nuit

Poésie égotique

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #Prose, #poésie, #pisseuse

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article