Les intellectuels sont des déserteurs

Publié le 16 Janvier 2015

S'il faut opposer quelque chose à la monté de la parole nauséeuse que des individus pas toujours recommandables par la bonne morale prennent ce n'est pas une loi mais une expression plus intense de la liberté d'expression des penseurs, nobles défendeurs de valeurs. Mais il n'y a plus d'intellectuels pour défendre des valeurs nobles dans notre société. Nos générations ont été désertées par les penseurs, alors ne nous étonnons pas que la parole des cons prenne autant de place. Au lieu de fustiger cette liberté d'expression prise en otage par les cons, fustigeons le recule de nos penseurs, de nos intellectuels et de notre propre parole. Evidemment tu es libre de penser autrement, tu peux à ta guise te faire fossoyeur de l'idée selon laquelle les intellectuels peuvent incarner une avant-garde de la pensée et une figure sous laquelle les gens peuvent se ranger, sous-entendu se réunir, s’unir. En désertant le paysage social l'intellectuel à en fait laissé la place au fait que chacun est devenu son propre intellectuel, comme si penser le monde de façon subjective et personnelle suffisait à faire d'une personne un penseur. Ce n'est pas parce que je prends de l'aspirine en automédication que je suis médecin, pas plus que penser fait des gens des intellectuels. Le libéralisme de la pensée c'est aussi le recul de la pensée, chacun prend son point de vu pour une idée, une valeur à défendre et en réaction c'est la société qui se déchire. La place des intellectuels pour guider, borner, éclairer, la pensée commune sera toujours possible, souhaitable et nécessaire selon moi, hier bien sûr, aujourd'hui surtout et toujours en 2030 et durant les siècles qui survivront.

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #Je est un Blog, #Réflexion, #recyclage

Repost 0
Commenter cet article