Je suis un obsédé

Publié le par Ceci est un blog

Je suis un vrai obsédé, parfois par les textes, c'est vrai, j'avoue, j'assume, souvent par le reste, aussi, c'est vrai, j'avoue, j'assume alors je suppose, que ma place est pour une petite part, ici, un peu ici, c'est ma route, route numérique un peu loin des routes de papier ; je vais essayer d'être et cela sera déjà bien. Merci à moi de m'être trouvé à vous et à vous de vous être donné à ma vue. Je suis un obsédé, du jour, de la date, un compteur, d’heure et de calendrier, sans faire grand, je fais petit comme des mathématiques de la main à la main ; c’est ça aussi une forme d’obsession, ou de névrose, à vous de voir, de choisir ; ça oui, choisissez pour moi, appuyez sur un pour faire de moi un obsédé et appuyez sur escap pour faire de moi votre autre chose ; mais la vérité, celle qui est logée sous la jupe des filles, c’est qu’elle est là ma belle obsession, ma pulsion scopique, besoin de voir, d’écrire pour dévoiler, écrire pour dénuder, mettre à nu, tournez-le comme vous le voulez cela n’y change rien, j’écris pour voir sous ta jupe, sous ta culotte, sous ta peau, sous tes paupières et même là, encore, je chercherai à voir en dessous de toi, ton enfer, ta faille, la terre sous tes pieds et plus mes mots recouvrent la page et plus ils cherchent à voir dedans, et derrière et quand ils ont fait le tour, à voir entre les lignes, celles de ta main, de ton ADN et bientôt à travers tes lignes de code ; elle est là mon obsession logée entre les lignes.

En ce lieu, à la fin de l’article, en bas de la page, comme une note inutile pour la seule personne intéressée par ce détail, c'est-à-dire moi, je donne la date, enfin le jour, 1904 ème jour ; c’est ainsi que je souligne ma fidélité à mes névroses, et à mes obsessions.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
N
le voisin bien vieux ne regarde que les filles au tennis, elles sont si belles si fraiches et on y voit les culottes, et j'ai pensé à toi et toi tu écris ça, au delà des petites culottes ton texte encore une fois m'a bouleversée, je suis Nicole, ta mère !
Répondre
C
Tu commentes un article vieux de plusieurs mois ? c'est amusant :) à tout à l'heure, bonne journée