Je suis formidable

Publié le 6 Septembre 2014

En terre, il serait temps, pour moi, de me, moi, mettre en terre, molle, fraîche et souple, bref, de me mettre au lit, déjà, ou enfin, bref, encore, oui encore bref encore, je sais, mais à quoi bon ne pas se répéter, c’est vrai cela, comme les rats quittent le navire quand le vent tourne, les rats ce sont mes mots, et le navire c’est donc moi, une partie de moi, de mon corps, plutôt en haut, plutôt en beau, la tête, la bouche, les yeux et derrière le crâne et la matière grise, flasque, et la matière rose, à rire, et tout dire de tout cela, surtout à toi, où elle, ou rien, aux cons, car jamais ils sont seuls, toujours par paire minimum, et souvent en troupeau, c’est ce que l’on se dit, quand on est seul, histoire d’être sûr de n’être le con de personne, un gros effort de persuasion pour certains et d’autres sans doutes aussi, un peu moins, un peu moins cons et un peu moins difficile à s’en convaincre, comme on aurai pu espérer que je ne cite pas le jour 1895, qui fait suite à hier et encore et l’autre aussi, et toujours un jour de plus depuis le précédent

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #Ponctuation, #virgule, #Je est un Blog

Repost 0
Commenter cet article