1775 ème jour d'écriture : Désenchantement publicitaire

Publié le par Ceci est un blog

J’ai un rapport avec la publicité assez particulier dans le sens où plus jeune j'étais totalement fasciné par la publicité, surtout celles qui sont dans ma télévision. Je n’en manquais aucune, je détestais que l’on zappe pendant les pubs et je passais des heures à enregistrer en VHS avec le magnétoscope de mes parents mes publicités favorites. Certaines d’entre-elles me donnaient même de grandes émotions,  en particulier celle-ci, qui pendant 4 ans ne passait que pendant la période de noël. Elle était donc rare et d'autant plus précieuse.

J'éprouve toujours une vraie émotion quand je regarde cette pub, surtout maintenant qu'elle est ancré dans ma mythologie personnelle

C’était une époque où je ne manquais aucun magazine de Culture Pub sur M6 et où j'allais régulièrement à La nuit des publivores manger de la pub pendant des heures. Bref j'étais accros à la publicité. Mais pas comme un consommateur. J'étais jeune et que j'avais besoin de me rattacher à ce qui me semblait être une contre-culture : la publicité.

J'ai la sensation qu'à cette époque, les années 90, début 2000 peut-être encore, la publicité était un lieu d'expérimentations et de transformations culturelles. C’était un temps où l’on pouvait affirmer qu’il se passait quelque chose au sein de la publicité et que cette chose pouvait, plus tard, se retrouver dans le reste de la société. Même si je n'avais pas les mots pour le penser c'était pour moi comme si la pub était l'avant-garde d'une culture en mutation qui plus tard se transformait en culture mainstream. Je crois que l'exemple le plus flagrant c'est la fameuse époque porno chic, époque publicité Benetton, qui choquait outrancièrement les gens avant que petit à petit l'imagerie porno chic entre dans les mœurs ; aujourd'hui qui pour s'émouvoir d'une gamine qui joue les lolitas dévergondées pour vendre des yaourts ou des robes ?

Quand on pense la pub comme un lieu de création et de mutation culturelle, il ne faut pas oublier que plusieurs réalisateurs qui deviendront tendance dans le début des années 2000 auront fait leurs armes dans la pub où les formats étaient plus libres.

Malheureusement, comme le dit une publicité actuelle " mais ça c'était avant" ...

Aujourd'hui je suis un désenchanté de la publicité, je suis devenu un anti-pub, et certaines de ces publicités pourraient me pousser au meurtre - Souvenez-vous de cet article de janvier 2013 … -.

Je me demande si cette amertume est venue parce que la publicité à changée ou si c’est moi qui ai changé. Je n'arrive pas à me décider. D'un côté la publicité me semble avoir perdu toute ambition créative formelle. Et plus qu'avant, j'ai la sensation que la publicité nous prend pour des cons. Mais c'est peut-être juste moi qui ai vieilli et qui maintenant décrypte mieux les armes de destruction massive de conscience et de libre qu’arbitre la pub. À moins qu'elle ne soit moins discrète qu'avant ...

Quoi qu'il en soit, aujourd'hui, je suis dans un constat critique dévastateur vis-à-vis de la publicité et dans une profonde amertume quand je suis face à elle. Je rêve qu’une personne parvienne à créer un logiciel pour bloquer la pub, pas sur internet où c'est déjà utile même si ce n'est pas efficace à 100 %, mais pour nos télévisions. À une époque où la crise est la crise, les gouvernements de tous les bords n'ont qu'un mot à la bouche, relancer la consommation - ce qui fait trois mots certes - et relancer la consommation est devenue une obsession, comme si cette foutue consommation, surconsommation pour être honnête, était devenu la seule idéologie que l'humanité puisse suivre. Nous vivons en dictature de la consommation dans cette dictature la publicité, c'est le bras armé, une sorte de Stasi qui nous traque pour que l'on consomme. C'est peut-être pour cela que le libertaire s’est réveillé en moi et qu'il lutte contre la pub. Et aller contre la pub c’est aller contre la consommation, c’est aller contre le modèle d’État, c’est aller contre le bien commun, c’est passer pour un clodo et un con de dé-consommateur. Or je ne suis pas contre la consommation, je suis contre le fait que l’on nous prive d’alternative et de liberté.

En reniant sur la créativité qui animait la pub « d'avant », la publicité assume maintenant parfaite de faire de la propagande pour une idéologie dont elle ignore elle-même la présence. Et aujourd’hui défilent dans nos téléviseurs les spots de pub comme de mauvais films de propagande dont personne n’est dupe mais que personne n’évite. On se laisse faire, dociles et débiles et jamais les moutons de Panurges n’ont été si consentants à leur asservissement. Et peut-être que ma plus grande révolte devant la publicité c’est qu’il est si simple de lutter ; éteindre la télé, zapper, ne pas acheter, etc. Le monde est tellement cynique et absurde et surtout dirigé par la dictature de la rentabilité que si nous cessions d’être réceptifs aux formats pub alors les publicités disparaîtraient d’elles-mêmes presque instantanément.

Et c’est de là oui, que vient ma plus grosse colère, ma rage et mon désenchantement. La publicité est le révélateur de notre soumission et de notre docilité crasse. Nous vivons sous le joug d’une dictature que nous pourrions éteindre d’un commun accord en appuyant sur le bouton de la télécommande. Et si la publicité et les valeurs contemporaines qu’elle véhicule continuent de régner sur le continent de notre société c’est simplement parce que la société est faite de cons. C’est ce qui me rend le plus amer et qui me pousse réellement à éprouver des envies de meurtre devant certaines pubs. Ces pulsions sont très courtes parce que ma morale reprend vite le dessus, mais si la pub à raison alors les rues sont pleines de cons consternants et condescendant à leur propre inanité et durant un bref instant mon esprit reptilien me dit que leur perte ne serait pas grande pour la société et l’espoir d’une société meilleure.

Qu’elle est devenue triste cette publicité qui n’a plus à faire d’effort pour convaincre, qu’elle est devenue pauvre cette publicité qui n’a plus qu’à traire les cerveaux exsangues d’une populace médiocre …

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
Tu m'inspires, je t'inspire, échange de bons procédés lol <br /> je me rappelle de cette pub et je me rappelle que je l'aimais elle suscitait une réelle émotion comme un film avec un musique digne du 7ème art et une chute digne de ce nom. <br /> Mais en fait de telles pubs j'arrive encore à en voir aujourd'hui, même si elles sont rares (j'ai une rubriques pubs artistiques dans Vidéos sur mon blog tu verras) une récemment (que j'aimerais retrouver) dont je trouvais le message vraiment beau (faire les choses par amour) et intelligent mais quand tu vois à la fin que c'est pour vendre une voiture ça te réveille le cerveau reptilien comme tu dis si bien : bordel quel gâchis !!! le pire c'est au ciné il y a peu une pub qui catalogue tous les clichés des français pour au final nous apprendre que grâce à TF1 on peut voir les choses autrement : là les pulsions je les ai bien senties !!!
Répondre
M
Ne t'excuse pas pour les com multiples, ça fera gonfler les stats ^^<br /> Tu as raison, je pourrais mettre un commentaire sous la vidéo vu que j'ai pas d'éthique et que j'ai accepter de donner mon identité à Google et son groupe ;)<br /> <br /> Je vais peut-être essayer de reprendre mon commentaire, mettre en forme, densifier et publier plus tard sous la vidéo. Mais je ne suis pas sûr d'avoir le temps aujourd'hui ^^
G
Désolé pour les coms multiples, j'ai le cerveau reptilien en ébullition lol Je viens de voir qu'on peut laisser des coms sous la vidéo de Toyota moi je peux pas (car je refuse le partenariat Youtube + Google) si toi tu peux y a peut-être moyen de lâcher une vérité bonne à dire en y mettant la forme !
G
...leurs ! Mais merde c'est de la propagande digne d'une dictature, plus j'y pense et plus je m'en rends compte.
G
oui tout à fait d'accord c'est encore pire quand la pub reprend à son compte des valeurs humaines qui manquent justement à la société. quand j'ai vu cette pub je me suis fait avoir par les créatifs je me suis dit ouahou ça c'est génial c'est ça qu'il faut dire aux gens entre autre &quot; même l'argent ne suffira pas à combler votre frustration&quot; et au final la pub te dit quoi ? Qu'acheter une voiture neuve dernier cri, ça par contre c'est indispensable pour être heureux et s'épanouir dans la vie.&quot; On a pendu des gens pour des crimes moins graves !!! On en revient à ce que je disais sur cette forme de corruption vicieuse : employer des valeurs humaines pour valoriser des valeurs commerciales et de ce fait détruire ces va
C
Je vois de quelle pub tu parles et qui passent actuellement et donne aux gens l'injonction aux gens de ne rien faire sans amour et surtout pas d'acheter une voiture sans amour. Je crois que c'est celle ci http://youtu.be/eJe76xA-WyM<br /> <br /> Je vois de quelle pub il s'agit parce que cette pub me met particulièrement hors de moi dès que je la vois. <br /> <br /> Je déteste et je trouve dangereux quand la publicité s'empare de l'amour, pas comme d'un concept métaphysique mais comme d'une justification publicitaire à la consommation. Je suis peut-être vieux jeu mais je n'accepte pas que l'amour devienne un slogan de pub. En plus cette injonction de ne faites pas ci sans amour, ne faites pas ça sans amour est parfaitement odieuse. Quand la publicité se met à faire la morale et la leçon aux gens, sur le mode &quot; laissez moi vous parler d'une chose que j'ai apprise&quot; du genre moi, la pub, j'ai fais une expérience que je voudrais partager avec vous, la pub devient dangereuse. Elle camoufle sa vérité et sa nature profonde - être de la rhétorique de vente - et cherche à se faire passer pour une leçon métaphysique universelle en s'appuyant sur un concept métaphysique universel comme l'amour. <br /> <br /> Elle essai de nous dire que sans Toyota et sans voiture hybride, donc sans gagner assez d'argent pour se permettre ce genre de vie, nos vies ne valent pas la peine d'être vécues. Le chemin de l'amour, de l'amour automobile, de l'amour de la consommation c'est acheter une Toyota Hybride.<br /> <br /> Il faudrait pendre par les couilles les concepteurs de cette publicité je pense, et s'il fallait être humaniste il faudrait rappeler aux qu'il est important de vivre selon ses valeurs et que l'amour, la dictature de l'amour à tout prix n'est qu'une possibilité d'épanouissement parmi d'autre. <br /> <br /> La pub Axe est pour moi très différentes parce qu'avant tout elle ne fait pas de l'amour une injonction. C'est paradoxal puisqu'elle se termine sur faites l'amour pas la guerre ; mais toute la pub joue avec les codes. Elle construit son message sur une sorte de double irrévérence qui convoque d'un côté l'amour, de l'autre côté les grandes figures dictatoriales de notre temps et elle les mixe ensemble. L'esprit des pubs Axe a souvent été comme cela, régressif et jubilatoire et surtout l'esprit des pubs Axe n'a rarement été la fidélité au réel. C'est là toute la différence avec la pub Toyota qui dès le départ &quot;laissez moi vous parler d'une chose que j'ai apprise&quot; s'ancre dans l'expérience du réel comme si elle parlait depuis le réel et en plus en objectivité.<br /> <br /> Axe s'amuse et c'est ce qui sauve sa pub là où Toyota se prend au sérieux et mérite tout le mépris de mon être.