1769 ème jour : Changer de forme

Publié le par Ceci est un blog

Heureusement que l’on ne porte pas le deuil de nos désillusions, de nos amours perdus, de nos espoirs morts et des fantasmes avortés parce que autrement on n’aurait jamais fini d’avoir l’âme en berne

L'auteur à l'encre noire de son autofiction

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
On en porte le deuil, et puis on tourne la page, pour la noircir ensuite de tous nos nouveaux deuils.
Répondre