1617 ème jour : De la crème à la pelle

Publié le par Ceci est un blog

Tu le sais et moi aussi bien sûr parce que c’est sans surprise, ce n’est pas un risque, ce n’est pas une prise de risque, c’est toujours la même chose, la même habitude. C’est toujours moi, je le sais puisque c’est tous les jours de toutes les semaines que je fais toujours ainsi. Parfois après le café, parfois entre la poire et le dessert, ce soir je mangerai bien une poire, mais je ne suis pas sûr que mon dessert vienne, je ne suis pas sûr d’entendre la voix de mon dessert vibrer douce et chaude. Alors, on le dit vite, on le fait vite, on évoque tout à demi mot, on ne dit rien mais en réalité on dit tout, on le dit très vite, entre les mots, entre les lignes, dans le noir de l’encre qui noircie l’écran, entre les silence des ponctuations et même si le temps fil on se dit parfois qu’il n’y a rien de bon, qu’il faut aller vite à la fin, comme une course sans ligne d’arrivée où l’on se mettrai à courir de plus en plus vite pour espérer arriver plus tôt, c’est Sisyphe sans sa pierre à rouler, c’est comme courir dans la nuit dans un monde sans lune

Publié dans Divagations diverses

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article