1613 ème jour : Il ne regardait pas tomber la neige

Publié le par Ceci est un blog

Sans l’ombre d’un doute la météo le faisait mentir. C’est un petit menteur assis au coin du feu qui égrène de petits mensonges de diva qui font diverger le monde réel de la réalité. C’est une broutille, un fétu de paille qui n’a pas à cacher d’aiguille, ce sont juste des flocons, des hommes en faux cols ou des sangliers aux allures de phacochères, ce sont juste des détails que l’on enfile comme des perles pour embellir le monde gris. Au coin du feu il n’y a aucun risque, aucune raison d’être triste, bien dans le chaud de ce luxe de bourgeois archaïque on détourne le réel de sa juste ligne, de sa ligne raisonnée, de sa ligne raisonnable ; et lui bien tranquille il écoute les muses, surtout la sienne, surtout la seule, lui susurrer à l’oreille des mots brûlants. Ce sont des mots très doux en réalité, des petits mots bien choisis avec de la pudeur et ce qu’il faut d’audace mais la réalité qu’esquissent ces mots est torride, troublante, elle coule en lui comme un torrent et ne lui donne pas envie de regarder la neige tomber de ce ciel bas, il préfère l’imaginer nue avec des bas et cette pointe d’inquiétude qui se glisse dans son regard puis qui disparaît submergée par l’excitation et les larmes joyeuses qui font briller les yeux de bien plus belle manière que la neige peut faire blanchir le monde.  

Publié dans Je est un Blog

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article