Sous les vagues psychiques

Publié le par Monsieur Ray

Écrire est un refuge et pourtant je n’écris pas un refuge. La lecture est un refuge, mais je n’éprouve aucun refuge à me relire. C’est l’acte d’écrire qui me refuge, c’est une tension, une dynamique, un mouvement, une mise en branle, un en marche qui n’a rien de politique. Comme l’homme debout toujours capable de résister en étant capable de mettre un pied devant l’autre, ni courir, ni marcher, juste un pied devant un autre, écrire est une marche des mots qui permet de résister en étant capable de mettre un mot après l’autre, ni un poème, ni un récit, juste des mots qui vacillent.

L’écrivain est une posture, sa figure littéraire un terrain cadastré et borné. Mais l’écriture est une rivière, un ruisseau, de la prose minuscule et des marées variables soumises aux astres et aux désastres des hommes comme du cosmos. Je porte un costume d’encre et boutonnières de papier, quelques pixels à la manchette et la plume au chapeau. Je poste ma coutume en filature, jour après jour comme un collier un peu chancelant de ses lendemains aphones mais qui s’accroche à un cou comme le vent de l’hiver qui s’enroule sur les arbres gris.

Je laisse les vagues se briser, le vent scinder ses rafales en deux sur le tronc bientôt nu de toutes les feuilles mortes qui s’envolent à l’amère saison comme des bouteilles aux goulots clos sur des parchemins roulés. Peau de noix à la mer, coquille d’œuf brisée sur la plage, la tortue des acores échappent aux sables de sa destinée et rejoins les grandes eaux et l’écume et le sel comme les seuls baisers d’un adieu désarmé.

Sous les vagues psychiques
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
N
en relisant je dis pardon, il n'y a pas grand chose comme fautes ! la tortue des acores échappent aux sables de sa destinée et rejoins les grandes <br /> la tortue des Açores échappe aux sable de sa destinée et rejoint ...
Répondre
N
C'est beau, c'est triste c'est poétique c'est magnifique c'est disorthographique aussi !!
Répondre